Forum de test de Kurozaya
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 OCATVE VS MARC ANTOINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurozaya
♥♦ Candy's Leader ♣♠
♥♦ Candy's Leader ♣♠
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: OCATVE VS MARC ANTOINE   Ven 2 Déc - 14:49

THE LINKS :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Antoine#Rivalit.C3.A9_avec_Octave
http://www.histoire-fr.com/rome_republique_5.htm
http://www.histoire-fr.com/rome_haut_empire_1.htm
http://lemonderomain.free.fr/indexer/politique/marc.html
http://lemonderomain.free.fr/indexer/politique/auguste.html
http://www.linternaute.com/histoire/motcle/258/a/1/1/marc-antoine.shtml
http://www.cgb.fr/monnaies/vso/v25/gb/monnaiesgb072c.html
http://www.in-medias.fr/sitecroco/pages/auguste/portrait.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste

BIOGRAPHIES WIKIPÉDIÉES :
Marc Antoine :
Marc Antoine (latin : M•ANTONIVS•M•F•M•N Marcus Antonius Marci Filius Marci Nepos), né le 14 janvier -83[1] et mort le 1er août -30, est un homme politique et un général romain. Il est le fils de Marcus Antonius Creticus et le petit-fils du consul Marcus Antonius Orator.

Il étudie la philosophie à Athènes où il apprend la rhétorique. Il est appelé par le gouverneur de Syrie Aulus Gabinius pour réprimer la révolte d'un fils d'Aristobule II contre le souverain hasmonéen Hyrcan II. Il reçoit alors sa première distinction militaire. En -55, il participe à la campagne militaire de Gabinius en Égypte pour rétablir sur le trône Ptolémée XII Aulète. C'est à cette occasion qu'il rencontre Cléopâtre VII pour la première fois.

Il se lie avec les tribuns Curion et Clodius Pulcher, puis s'attache à Jules César.

Marc Antoine participe à la Guerre des Gaules et est notamment à Alésia en -52[2]. L'année suivante, en -51, il marche avec César sur la patrie d'Ambiorix pour ravager la région. Puis il reste chez les Bellovaques avec quinze cohortes afin d'empêcher de nouvelles révoltes chez les Belges. À la fin de l'année, il est avec Gaius Trebonius et Publius Vatinius et quatre légions en Gaule belgique. Il y combat notamment avec sa cavalerie l'Atrébate Commios, qui part en exil, promettant de ne jamais se retrouver face à un Romain.

César le fait élire tribun de la plèbe pour l'année -49 et avec le tribun Caius Cassius Longinus, il met son veto à l’ordonnance du sénat à César de licencier ses légions[3]. César communique avec le Sénat par l’intermédiaire de Curion et Marc Antoine, et tente une ultime proposition : il accepte de ne conserver que deux légions et le gouvernement de la Gaule cisalpine et de l’Illyrie, pourvu qu’on accepte sa candidature au consulat. Malgré la recherche d’un compromis par Cicéron, Caton refuse qu’un simple citoyen impose ses conditions à l’État, le nouveau consul Lentulus s’emporte et fait expulser du Sénat Curion et Marc Antoine. L'historien Velleius Paterculus accusera Curion d'être responsable de cette rupture, tandis que Appien présentera Marc Antoine comme l'initiateur de la rupture. Selon Plutarque, « C’était donner à César le plus spécieux de tous les prétextes » : s’en prendre aux tribuns de la plèbe, les représentants sacro-saints du peuple ! Le Sénat décrète que César doit abandonner son poste de gouverneur et revenir à Rome en simple particulier[4]. Marc Antoine, revenu auprès de César, lui donne le conseil de marcher droit sur Rome après le passage du Rubicon.

Lors de la guerre civile, Marc Antoine commande l'aile droite de l'armée à la bataille de Pharsale.

César, devenu dictateur en -47, le choisit pour maître de cavalerie, et ils sont tous deux nommés consuls en -44. Le 15 février de la fête des Lupercales, Marc Antoine propose à César le diadème royal, que celui-ci repousse sous les acclamations de la foule. Marc Antoine insiste, et le refus de César est de nouveau applaudi. César fit porter ce diadème au temple de Jupiter Capitolin[5]. Mais cette démarche imprudente ne fait que hâter la mort du dictateur. Les conjurés ont prévu leur attentat aux Ides de Mars (15 mars de l’an 44 av. J.-C.), au début de la réunion du Sénat dans la Curie de Pompée sur le Champ de Mars. Seul César est visé, Marc Antoine (épargné, à la demande de Brutus[6]), qui accompagne César est attiré à l’écart par des faux solliciteurs, tandis que César est entouré par le groupe des conjurés. Métellus s’assure que César ne porte aucune protection, et tous l’assaillent : il tombe percé de 23 coups de poignard[7]. Le coup ultime vient de Brutus.

Le 20 mars, un bûcher est dressé sur le champ de Mars, près de la tombe de sa fille Julia, et l’on imagine évidemment l’effet dramatique de cette proximité. Le corps du César, couché sur un lit d’ivoire tendu de pourpre et d’or, est d’abord déposé dans une chapelle dorée, édifiée sur le forum, devant la tribune aux harangues. À sa tête, sa toge ensanglantée est exposée sur un trophée. Comme le corps reposait, face vers le ciel, et ne pouvait être vu, on élève au-dessus de lui une effigie de cire grandeur nature, afin que la foule puisse contempler les vingt-trois blessures (trente-cinq selon d’autres auteurs) qui lui ont été sauvagement infligées au corps et au visage. Pour souligner l’ignominie de ce crime, Marc Antoine fait lire, en guise d’oraison funèbre, la liste des honneurs qui ont été dévolus à César, ainsi que le serment qu’ont prêté les sénateurs de défendre sa vie. On chante des vers parmi lesquels revenaient, pour susciter la compassion, une citation empruntée au Jugement des Armes de Pacuvius : « Fallait-il les sauver pour qu’ils devinssent mes meurtriers ? ».

Chavirée par l’habile et pathétique mise en scène de Marc Antoine, la foule en colère entasse autour du lit funèbre le bois arraché aux boutiques avoisinantes et tout ce qui lui tombe sous la main pour construire un bûcher d’apothéose, comme elle l’a fait quelques années plus tôt pour les funérailles de Clodius. Les vétérans de ses légions y jetent leurs armes et certaines femmes les bijoux qu’elles portent. Les Juifs, qui n’oublient pas que César leur a permis de relever les murs de Jérusalem abattus par Pompée, se réunissent plusieurs nuits de suite autour de son tombeau pour le pleurer. Marc Antoine ameute le peuple contre ses assassins, qui quittent la ville devant l'agitation populaire. Au lendemain des ides de mars, Marc Antoine est le maître de la situation, le consul jouit d'une très grande popularité parmi les troupes. Mais après le rappel des « Césaricides » par le Sénat, ce qu'Antoine ne peut tolérer, il va assiéger sans succès Decimus Brutus dans Mutina (Modène) en -43. Sous l'influence de Cicéron le Sénat le déclare ennemi de l'État, et les consuls Hirtius et Pansa marchent contre lui et le défont. Les deux consuls trouvent la mort à cette occasion ; ils sont accompagnés d'Octave qui bénéficie d'un imperium grâce à Cicéron et dont la responsabilité dans ces deux décès est douteuse.

C'est alors qu'il se laisse séduire par Cléopâtre la reine d'Égypte qu'il avait invité en 41 av J.C à Tarse, pour lui demander de l'argent et du blé pour ses troupes. il oublie sa politique à Rome et Octave pour se bâtir avec elle un royaume sur mesure en Orient comprenant la Phénicie, la Judée, la Cilicie et Chypre.Antoine se marie avec Cléopâtre.. En 34 av J.C après avoir vaincu l'Arménie, il revient à Alexandrie et se fait décerner les honneurs du triomphe.Cléopâtre réussit à convaincre Antoine de créer un royaume oriental. Il partage ces territoires entre les trois enfants qu' il a eu avec Cléopâtre: Alexandre-Hélios,Cléopâtre-Séléné, Ptolémée Philadelphe. Alexandre devient roi d'Arménie,Cléopâtre-Séléné, devient reine de Cyrénaïque et Ptolémée esnt nommé en Asie Mineure.. Il revient de temps en temps à Rome, mais préfère Alexandrie, lieu de sa résidence principale, ou il mène une existence fastueuse faite de fêtes et de banquets.

Octave :
Auguste est né à Rome sur le mont Palatin, sous le nom de Caius Octavius, le même nom que son père Gaius Octavius. On lui donne dans son enfance le surnom de Thurinus (soit en l'honneur de la ville d'origine de ses ancêtres, Thurii, soit en l'honneur d'une victoire de son père à proximité de cette ville, peu après la naissance de son fils[4]). Son père appartient à une famille de l'ordre équestre importante mais peu connue ; il est gouverneur de la province de Macédoine jusqu'à sa mort en 59 av. J.-C. Sa mère, Atia Balba Caesonia, est la nièce de Jules César[1].

Après l'assassinat de Jules César aux ides de mars (le 15 mars) 44 av. J.-C., alors qu'il est encore à Apollonie, il décide de rentrer à Rome pour récupérer son héritage. En effet, César, sans descendance légitime, a adopté Octave dans son testament. En débarquant à Brindisi, le jeune homme alors âgé de 19 ans affiche très tôt l'ambition de s'imposer en politique. Il revendique l'usage des tria nomina de César, Caius Iulius Caesar Octavianus, selon l'usage en vigueur à Rome qui veut que l'adopté prenne le nom de son adoptant en y ajoutant souvent un rappel de ses origines. Pour plus de facilités, notre usage veut qu'on l'appelle Octavien à son adoption, ou César dit « le Jeune » après que le sénat a ratifié officiellement son adoption par Jules César. Une comète passant dans le ciel au moment où il célèbre les Ludi Victoriae Caesaris et des jeux en l'honneur des victoires de César, que son père a promis avant sa mort, l'encouragent à continuer ses efforts, arguant que la comète est son père qui, devenant divin, part prendre sa place auprès des dieux.

Cicéron lui apporte son soutien contre l'ancien lieutenant et collègue de César au consulat pour l'année 44 av. J.-C., Marc Antoine, qui a décidé d'écarter ce jeune ambitieux qui revendique l'héritage césarien alors qu'Antoine espérait en récolter les fruits. Allant contre toute légalité, Cicéron fait voter au sénat les pouvoirs de propréteur pour Octave alors qu'il n'a pas exercé les charges de questeur ni de préteur et qu'il est très en dessous de l'âge minimal requis. Cicéron lance cette phrase célèbre dans sa cinquième Philippique : « la valeur n'attend pas le nombre des années ».

Ayant levé une armée, Octave bat d'abord Antoine à Modène dans une bataille où périssent les deux consuls en exercice Aulus Hirtius, mort au combat, et Caius Vibius Pansa Caetronianus, décédé des suites de ses blessures. Octave est alors acclamé imperator par ses troupes. Mais en dépit de l'avis de Cicéron, prêt à assumer le consulat avec Octave comme collègue, le Sénat refuse cet honneur au jeune homme au motif de son âge, ainsi que l'ovatio.

Octave, vexé, s'allie à Marc Antoine grâce à la médiation de Lépide, et ils décident à trois de créer une nouvelle magistrature collégiale qui chapeauterait la République romaine, le Triumvirat. Les Triumvirs s'emparent alors de Rome et décrètent la proscription de tous leurs adversaires, dont Cicéron, mis à mort par les sbires d'Antoine. Plusieurs centaines de chevaliers et de sénateurs périssent, notamment ceux qui ont pris part de près ou de loin à l'opposition à César et au meurtre de ce dernier. Selon Suétone, Octave fait à plusieurs reprises preuve de cruauté personnelle lors de ces proscriptions. Les Triumvirs sont alors chargés, par un Sénat tremblant de peur, de réorganiser la République avec chacun le titre de triumvirs rei publicae constituendae pour 5 ans. Ils se partagent alors les provinces de l'occident romain, car les provinces orientales sont aux mains des « césaricides ».

En octobre 42 av. J.-C., à la bataille de Philippes en Grèce, Octave et Antoine écrasent Brutus et Cassius, âmes de la conjuration anticésarienne de 44 av. J.-C. Cassius, vaincu par Antoine, se suicide et Brutus, vaincu trois semaines après, le 23 octobre 42 av. J.-C., se suicide à son tour. L'année suivante, le frère de Marc Antoine, Lucius Antonius Pietas, alors consul et la femme de Marc Antoine, Fulvie, s'opposent à Octave, qui décide des opérations militaires contre Pérouse. En février 40 av. J.-C., la guerre de Pérouse se termine et les Triumvirs, réconciliés grâce à l'entremise d'Asinius Pollion et de Mécène, se partagent à nouveau le monde romain : Antoine reçoit l'Orient, Octave l'Occident, et Lépide l'Afrique.

En 39 av. J.-C., Sextus Pompée est solidement ancré en Sicile et se voit reconnaître son autorité sur la Sicile, la Sardaigne et la Corse. Les relations entre Octave et Sextus se dégradent progressivement, notamment en 38 av. J.-C., quand Octave répudie son épouse, Scribonia, belle-sœur de Sextus Pompée. Octave entreprend une campagne contre Sextus en Sicile. Il confie le commandement de sa flotte à son fidèle ami Marcus Vipsanius Agrippa, qui défait finalement Sextus Pompée à Nauloque en 36 av. J.-C. Lépide, qui est alors basé en Afrique, est accusé d'avoir soutenu Sextus et de ne pas être intervenu à Nauloque. Il est alors écarté du triumvirat, ne conservant que son titre de Pontifex Maximus.

L'année suivante, en 35 av. J.-C., les relations entre Antoine et Octave se détériorent rapidement. Antoine exige que les provinces anciennement attribuées à Lépide soient partagées équitablement. Il demande aussi l'autorisation de lever des légions romaines pour sa campagne en préparation contre les Parthes. Octave refuse catégoriquement les deux demandes, appuyé par un Sénat qui perçoit Antoine de plus en plus comme un étranger soumis à la reine d'Égypte, Cléopâtre, et se comportant comme un monarque oriental. Antoine oppose à Octave, l'héritier testamentaire de César, le fils illégitime de celui-ci qu'il a probablement eu avec Cléopâtre, Césarion.

En 32 av. J.-C., le triumvirat prend fin selon ce qui avait été établi en 37 av. J.-C., prorogé pour 5 nouvelles années. Les deux consuls pour 32 av. J.-C., Cn. Domitius Ahenobarbus et Caius Sosius, sont des partisans d'Antoine. Octave prend le Sénat en y entrant accompagné de quelques soldats. Les consuls et près du tiers des sénateurs (soit environ 300) se réfugient auprès d'Antoine. Du côté d'Antoine, Lucius Munatius Plancus fait défection. Le Sénat donne carte blanche par un sénatus-consulte à Octave pour lancer une campagne contre l'Égypte. En 31 av. J.-C., se vantant d'être auréolé d'un serment donné par tous les citoyens italiens et les pérégrins d'occident, il se lance dans sa campagne.

Après avoir vaincu Marc Antoine à la bataille navale d'Actium en septembre 31 av. J.-C., il devient seul détenteur du pouvoir. Il prend ensuite position autour d'Alexandrie au cours de l'année 30, année des suicides d'Antoine et de Cléopâtre.

En 28 av. J.-C., le sénat lui confère le titre de Princeps senatus, « le premier du sénat », ce qui signifie qu'il est le premier à prendre la parole devant l'assemblée et l'année suivante, il lui donne même le titre d’Augustus, qui signifie « sacré ». Nous sommes en 27 av. J.-C. et Octavien devient alors le premier empereur romain.

[PAS FINI]

THE RIVALITÉ WIKIPÉDIÉE :
Marc Antoine :
Après cette défaite, Antoine rétablit en partie sa situation avec l'apport des renforts conduits par Publius Ventidius Bassus, un ancien lieutenant de César. Ventidius a recruté trois légions dans les colonies militaires césariennes et dans sa région d'origine; il a ensuite rejoint Marc Antoine à Vada Sabatia sur la côte ligure. Le vaincu de Modène dispose alors de troupes supérieures à Décimus Brutus qui le poursuit. Marc Antoine peut dès lors rejoindre sans encombre Lépide alors gouverneur de la Narbonnaise. Grâce à ce dernier, Antoine rencontre le jeune Octave à Bologne. Cette rencontre aboutit à la formation du second triumvirat dont les premières actions sont les proscriptions de 43 av. J.-C., qui emplissent l'Italie d'exécutions sanglantes. Antoine exige la mort de Cicéron, qui l'a violemment attaqué dans ses Philippiques. L'année suivante, Antoine, suivi d'Octave, défait Brutus et Cassius dans la plaine de Philippes (Macédoine), et anéantit ainsi le parti républicain. Les triumvirs se partagent ensuite l'empire romain : au cours de ce partage, Antoine obtient la Grèce et l'Asie. Marc Antoine mène une courte contre-offensive depuis Tyr puis est obligé de rentrer à Rome (été -40) où s'affrontent ses partisans et ceux d'Octave[12]. Il conclut avec ce dernier la paix de Brindes en octobre -40 et épouse sa sœur, Octavie.

Antoine décide de divorcer d'Octavie. Octave saute sur ce prétexte pour engager les hostilités contre lui. En 32 av J.C Octave fait publier le testament d'Antoine où ce dernier lègue ses territoires aux enfants qu'il a eu de Cléopâtre. Octave obtient du Sénat l'autorisation d'attaquer l'Egypte et Antoine.

Les relations avec Octave s'enveniment de nouveau en -32 et l'affrontement devient inévitable. Nul doute qu'Octave craint Marc Antoine et sa popularité, encore forte au Sénat, mais le triomphe d'Antoine en -35[15] et la désignation de Ptolémée XV/Césarion comme roi des rois lui font envisager un danger plus vaste encore. Après tout, ce jeune homme est le seul fils de César, et il pourrait un jour lui venir l'idée, si les circonstances s'y prêtent, de venir réclamer son héritage paternel. Aussi Octave va s'employer à dénigrer Marc Antoine par tous les moyens et surtout Cléopâtre, l'Égyptienne, celle qui le tient sous ses charmes et qui l'oblige à des abandons qu'Octave estime désastreux pour Rome. La plupart de ces accusations sont de mauvaise foi et de la propagande auprès de l'opinion publique romaine mais sont aussi pour beaucoup à l'origine de la « légende noire » de Cléopâtre chez nombre d'auteurs antiques comme Sénèque[16] et Pline l'Ancien[17]. Cléopâtre est rendue responsable de la guerre et la propagande d'Octave n'hésite pas à affirmer qu'elle souhaite régner sur Rome[18].
La guerre voit l'Égypte fournir une part importante de l'effort de guerre, plus de 200 trières, ainsi que les royaumes alliés, à l'exception notable de l'habile Hérode qui visiblement fait le pari d'une victoire d'Octave. Il est vrai que c'est son intérêt car la reine d'Égypte lorgne sur son royaume depuis fort longtemps. Mais Marc Antoine, alors qu'il dispose des troupes les plus aguerries et de la supériorité numérique[19] mène la guerre en dépit du bon sens, sans énergie et alors qu'Octave peine à constituer son armée il lui laisse le temps de s'organiser. De plus l'implication de Cléopâtre dans le conflit est mal perçue par les officiers qui entourent Antoine, en particulier les anciens républicains, assassins de César, qui se sont ralliés à lui. Ainsi Domitius Ahenobarbus refuse absolument de saluer Cléopâtre de son titre de reine et finit par faire défection[20]. Cette hostilité viscérale de certains Romains à la monarchie, qui éloigne d'Antoine de nombreux hommes de valeur, n'est pas comprise par les historiens de culture grecque des siècles suivants, qui ne font guère la différence entre la dictature de César, le Triumvirat et le principe monarchique des autres peuples[21]. Cléopâtre connaît d'ailleurs cette hostilité et ne quitte pas Marc-Antoine de toute la préparation du conflit. Elle est présente à Éphèse, à Athènes puis à Patras. Plus lucide que les officiers d'Antoine, elle comprend fort bien qu'Octave ne la dénonce que pour mieux miner le prestige d'Antoine encore important au Sénat[22].
Octave n'est pas un grand chef de guerre mais il compte avec Agrippa, un officier compétent qui lui donne rapidement l'avantage. Lorsqu’éclate la bataille navale d’Actium (septembre -31), Cléopâtre anticipe rapidement l'issue finale de la guerre et rompt le combat avec sa flotte. Cette fuite, seul moyen de sauver ce qui peut l'être, est évidemment exploitée par Octave auprès des officiers et des hommes d'Antoine dont beaucoup changent d'allégeance.

L'affrontement se produit le 2 septembre 31 av J.C à la bataille navale d'Actium (Grèce). Cléopâtre la première s'enfuit avec quelques une de ses galères pour Alexandrie. Antoine, voyant cela la rejoint et quitte la bataille. La victoire d'Octave est totale et celui-ic débarque à Alexandrie le 3 août 30 av J.C. Cléopâtre fait parvenir la nouvelle de sa mort à Antoine qui abandonne les restes de son armée pour se suicider. Cléopâtre tente de séduire Octave, mais devant l'insuccès de sa tentative se suicide en se faisant mordre par un aspic

_________________
This is the End of the World as we know it~♪


Dernière édition par Kieru Yosomi le Lun 12 Déc - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://kuro-test.creer-forums.com
Kurozaya
♥♦ Candy's Leader ♣♠
♥♦ Candy's Leader ♣♠
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: OCATVE VS MARC ANTOINE   Mar 13 Déc - 18:54

Code:
[justify][font=Tahoma][b][u]Marc Antoine[/u][/b] (M•ANTONIVS•M•F•M•N – [i]Marcus Antonius Marci Filius Marci Nepos[/i])

Marc Antoine est né le 14 janvier 83 av. J.-C. et décède en le 1er Août 30 av. J.-C., est un homme politique, ainsi qu’un général romain. Fils de [i]Marcus Antonius Creticus[/i] et petit-fils du consul [i]Marcus Antonius Orator[/i]. Il prétendait aussi descendre du mythique héros Hercule.

Dans sa jeunesse, il étudie la philosophie, et la rhétorique (litté. [i]L’Art de bien parler[/i].).

Il reçoit sa première distinction militaire lorsque le gouverneur de [i]Syrie Aulus Gabinius[/i], mais ne commencera véritablement sa carrière politique qu’en -53 lorsque César le prit comme questeur en Gaule. Rapidement, les deux hommes se lient d’amitié et Marc Antoine devient le second de César, participant de ce fait au Siège d’Alésia en -52 av. J.C.

César le fait élire tribun de la plèbe pour l’an -49. Lorsque le Sénat ordonne à César de licencier ses légions, il essaye de les convaincre d’adoucir leur ordre avec Caius Cassius Loginus. Se heurtant à des refus, Marc Antoine propose une ultime proposition : César ne gardera que deux de ses légions et abandonnera le gouvernement de la Gaule cisalpine ainsi que de l’Illyrie si l’on accepte la candidature de ce dernier au poste de consul. Caton refuse qu’un simple citoyen impose ses conditions à l’État, et le consul Lentulus fait expulser du Sénat Curion et Marc Antoine. Plusieurs historiens débattront pour trouver qui est la cause de ce renvoi. Plutarque déclare alors « C’est donner à César le plus spécieux de tous les prétextes ! ». Le Sénat décrète alors que César doit abandonner son poste de gouverneur et revenir à Rome en tant que simple citoyen. Marc Antoine, revenu auprès de ce dernier, lui conseille de marcher droit vers Rome après le passage du Rubicon.

Lors de la bataille de Pharsale, il commande l’aile droite de l’armée, dont la XIIIe légion qui est la préférée de César, étant celle avec laquelle il a l’habitude de combattre.

César, devenu dictateur en -47, le désigne comme maître de cavalerie, puis le fait élire consul en -44. Le 15 février, lors de la fête des Lupercales, Marc Antoine essaie de mettre le diadème royal sur la tête de César, qui refuse en voyant l’effet que cela produit sur la foule. Néanmoins il ne se décourage pas et réessaye, pour essuyer un second refus, sous les acclamations encore plus enthousiastes. César fait alors porter le diadème au Temple de Jupiter Capitolin.

Lorsque César se rend au Sénat le 15 Mars, il est accompagné de Marc Antoine. Sur la demande de Brutus, ce dernier ne doit pas être tué, et en conséquence deux faux solliciteurs l’attirent à l’écart. Pendant ce temps, César se fait encercler par le groupe de conjurés et reçoit vingt-trois coups de poignard, dont le dernier venant de Brutus. Ce jour est désormais appelé Ides de Mars, et le Sénat décrète l’interdiction de se réunir ce jour-là.

Le 20 Mars, lors des funérailles sur le champ de Mars, une statue de cire est montrée sur un piédestal pour que tous puissent voir les blessures qui ont été infligées, tandis que la toge qu’il portait à ce moment-là est posée sur le bord de sa litière funéraire. Afin de souligner l’horreur de ce crime, Marc Antoine fait lire la liste de tous ses exploits et le serment qu’on prêté les sénateurs de défendre sa vie. On chante alors des vers dans lesquels la citation empruntée au [i]Jugement des Armes de Pacuvius[/i] :  « Fallait-il les sauver pour qu’ils devinssent mes meurtriers ? ».

Touchée par la mise en scène de Marc Antoine, la foule entasse près du corps tous les objets inflammables qu’elle peut trouver. Les vétérans de ses légions y jettent leurs armes et certaines femmes leurs bijoux. Les Juifs, reconnaissant envers lui pour avoir relevé les murs autour de Jérusalem se réunissent plusieurs nuits pour le pleurer. Marc Antoine ameute le peuple contre les assassins, qui choisissent de s’enfuir de la ville devant l’agitation populaire. L’ancien Second jouit alors d’une très grande popularité. Mais lorsque le Sénat rappellent la mort de César, Marc Antoine s’emporte et va assiéger Brutus à [i]Mutina[/i] (ou Modènes) en -43. Le Sénat, sous l’influence de Cicéron, le fait alors déclarer ennemi de l’État, qui envoient Octave le défaire.

C’est alors qu’il se laisse séduire par Cléopâtre VII, reine d’Egypte qu’il avait invitée en -41 à Tarse, pour lui demander de l’argent et du blé pour ses troupes. Il oublie sa politique à Rome et Octave pour bâtir avec elle un royaume en Orient comprenant la Phénicie, la Judée, la Cilicie, Chypre et l’Arménie, qu’il aura vaincu au préalable, recevant plus tard les honneurs du triomphe à Alexandrie. Il se marie avec la Reine et a trois enfants : Alexandre-Hélios, Cléopâtre-Séléné et Ptolémée Philadelphe entre lesquels il partagera son Royaume. Alexandre devient Roi d’Arménie, Cléopâtre-Séléné Reine de Cyrénaïque et Ptolémée Philadelphe est nommé à la tête de l’Asie Mineure. Marc Antoine revient quelques fois à Rome mais préfère vivre à Alexandrie, lieu de sa résidence principale, où il mène une vie de fêtes et de banquets. Mais plus tard, sa rivalité avec Octave qui s’est formée le rattrape et il doit abandonner son existence paisible pour la guerre.


[u][b]Octave[/b][/u] ([i]Caius Octavius Thurinus[/i] à sa naissance, [i]Imperator Caesar Divi Filius Augustus[/i] à sa mort)

Il est né à Rome le 23 Septembre -63 à Rome et est mort le 19 Août 14 à Nola, et est le premier empereur romain ainsi que le fils adoptif de César.

Il a au départ le nom de [i]Caius Octavius[/i], ainsi que pour surnom [i]Thurinus[/i], soit parce que la ville de ses ancêtre est [i]Thurii[/i], soit en l’honneur d’une victoire de son père près de cette ville peu après sa naissance. Sa famille du côté paternel, bien que peu connue, est très importante dans l’ordre équestre. Son père est [i]Gaius Octavius[/i]et sa mère [i]Altia Balba Caesonia[/i] est la nière de César.

Après l’assassinat de son Grand-Oncle, alors qu’il est encore en Apollinie, il décide de rentrer à Rome pour avoir son héritage. Effectivement, César n’ayant aucun successeur légitime,  l’a adopté dans son testament. Dès que le Sénat le confirme, il demande à s’appeler [i]Caius Iulius Caesar Octavinus[/i]. Alors qu’il n’a que 19 ans, il montre très vite une grande ambition politique. La comète passe lors du [i]Ludi Victoriae Caesaris[/i]ainsi que des jeux funéraires en l’honneur de César, l’encourage à poursuivre ses efforts et il déclare que c’est son père rejoignant les autres Dieux, étant devenu soi-disant divin.

Cicéron lui apporte son soutien contre Marc Antoine en -44, trempant dans l’illégalité pour le faire élire propréteur. Octave n’a en effet ni été questeur, ni préteur, et est de plus bien en dessous de l’âge minimal requis. Ayant levé une armée, il bat Marc Antoine à Modènes, puis se fait nommer [i]imperator[/i] par ses troupes. Malgré l’avis de Cicéron, qui est prêt à assumer le consulat avex Octave, le Sénat le lui refuse : il est trop jeune, ainsi que l’[i]ovatio[/i]*.

Octave choisit alors de s’allier avec Marc Antoine et Lépide pour créer le troisième [i]triumvirat[/i]. Ils s’emparent alors de Rome et font tuer tous leurs ennemis, dont Cicéron qui sera alors exécuté par les sbires de Marc Antoine. Plusieurs chevaliers et sénateurs y trouvent la mort, notamment ceux ayant pris de près ou de loin part à l’opposition à César ou à son meurtre. Les [i]Triumvir[/i] sont alors chargés par un Sénat apeuré de réorganiser la République, leur donnant le titre de [i]triumvir rei publicae constituendae[/i] pour cinq ans. Ils se partagent alors les province de l’occident romain car les provinces orientales sont encore aux mains des « césaricides ».

En octobre -42, à la bataille de Philippes en Grèce, Octave et Marc antoine écrasent Brutus et Cassius, deux des conjurés. Cassius, vaincu par Marc Antoine, se suicide et Brutus vaincu trois semaines après, le 23 octobre -42, s’ôte également la vie. L’année d’après, [i]Lucius Antonius Pietas[/i] et Fulvie, respectivement frère et femme de Marc Antoine, s’opposent à Octave qui veut attaquer Pérouse. En février -40, la guerre de Pérouse se termine et les [i]Triumvir[/i], réconciliés grâce à [i]Asinius Pollion[/i] et Mécène, se partagent de nouveau le monde romain : Marc Antoine obtient l’Orient, Octave l’Occident et Lépide l’Afrique.

En -39, Sextuss Pompée voit reconnaîtrre son autorité sur la Sicile, la Sardaigne et la Corse. Les relations entre Octave et Sextus Pompée se dégradent progressivement, notamment lorsqu’en -38, Octave rejette sa femme Scribona, qui est la belle-sœur de  Sextus Pompée. Octave décide donc de le contrer en entamant une campagne contre lui en Sicile. Il confie le commandement de sa flotte à [i]Marcus Vispanus Agrippa[/i], qui bat finalement Sextus Pompée à *Nauloque en -36. Lépide, qui est alors en Afrique, est accusé d’avoir été dans le camp de Sextus Pompée et de n’avoir, volontairement, pas été intervenu à Nauloque. Il est écarté du [i]triumvirat[/i] et ne conserve que son titre de [i]Pontifex Maximus[/i]*.

L’année qui suit, en -35, les relations entre Marc Antoine et Octave se détériorent rapidement. Octave est soutenu par le Sénat qui voit de plus en plus Marc Antoine comme un étranger soumis à la reine d’Egypte se comportant comme un souverain oriental.

En -32, le triumvirat prend fin comme il en avait été convenu en -37. Octave prend alors possession du Sénat en y entrant accompagné de soldats. Un partie du Sénat se réfugia donc aux côtés de Marc Antoine.  Le Sénat,  en donnant un [i]senatus-consulte[/i], décide de donner carte blanche  à Octave pour lancer une campagne contre l'Égypte. En -31, il se targue d'un serment que les citoyens italiens et le pérégrins lui auraient prêté, et se lance à la conquête de l'Égypte. Après avoir vaincu Marc Antoine lors de la bataille navale d'Actium, il devient seul détenteur du pouvoir. Il prend alors position autour d’Alexandrie la même année.

En -28, le Sénat lui donne le titre de [i]Princeps Senatus[/i] « Le premier du Sénat », ce qui veut dire qu'il est le premier à prendre la parole devant l'assemblée. L'année suivante, le 13 janvier, il obtient le pouvoir proconsulaire pour dix ans, après un long discours au Sénat. Trois jours plus tard on lui  confère, sur l'initiative du sénateur [i]Lucius Munatius Plancus[/i] le titre d'[i]Augustus[/i], qui signifie « sacré ». Octavien devient alors le premier Empereur Romain.

Ce titre acquis, il prend le contrôle absolu sur l'armée, dont il assure le financement, et est protégé en permanence par la garde prétorienne, armée constituée des meilleurs soldats, stationnée dans l'Urbs. A part la politique extérieure et l'armée, le Sénat conserve d'important privilèges concernant l'administration civile, les les finances, la justice et la monnaie. Auguste tient à être le seul élément civil qui compte en face de l'armée. Il contrôle l'élection des magistrats par le biais de recommandations officielles, la [i]destinatio[/i] permet également qu'un organisme spécial de chevaliers et de sénateurs participe à la sélection des candidats.

Auguste règne jusqu'à sa mort, en -14, à l'âge de 76 ans.

[u][b]La Rivalité entre eux[/b][/u]

Tout commence, lorsque Marc Antoine rejoint Lépide, alors gouverneur de la Narbonnaise, qui lui présente Octave. Cette rencontre aboutit au second triumvirat, dont les premières actions sont les proscriptions de -43. MA exige la mort de Cicéron qui l'a violemment attaqué dans ses Philippiques. L'année suivante, MA et Octave défont Brutus et Cassius en Macédoine. Par la suite, l'empire romain est partagé en trois. MA obtient l'orient.

Octave se sert de la relation qu'entretient MA avec Cléopâtre pour le décrédibiliser et en faire l'ennemi de Rome. Il n'hésite pas à affirmer qu'elle souhaite s'emparer du pouvoir, craignant que Ptolémée XV/Césarion ait les velléités de réclamer son héritage paternel. La Reine d'Egypte est rendue responsable de la guerre d'Actum. Néanmoins, MA mène la guerre sans énergie, quand bien même il ait la supériorité numérique et des combattants aguerris. De plus, il laisse le temps à Octave de s'organiser, ce dernier peinant à constituer une armée. Cependant, l'implication de Cléopâtre est mal perçues par certains officiers qui entourent MA. Ainsi, plusieurs hommes prestigieux s’éloignent de lui à cause de leur dégoût pour la monarchie. Plus lucide que les autres, la reine comprend qu'Octave ne la dénonce que pour que MA baisse dans l'estime du Sénat, qui est encore grandement influencé par lui.

Octave n'est pas un très grand chef de guerre, mais il a avec lui Agrippa, un officier compétent qui lui permet rapidement de prendre l'avantage. Lors de la bataille navale d'Actium, Cléopâtre anticipe l'issue finale et s'enfuie pour sauver ce qui peut l'être. Octave utilise alors bien évidemment cette fuite pour faire changer de camp une grande partie des hommes de MA.

Vers la fin, MA retourne en Egypte et ne prend pratiquement aucune mesure pour lutter contre l'avancée d'Octave. Il épuise ses dernières forces en banquets et fêtes somptueuses sans se préoccuper de la situation pourtant critique. Octave arrive à Alexandre vers Août en -30, et MA, recevant la lettre annonçant la fausse mort de Cléopâtre, se suicide en se jetant sur son épée. Mourant, il est transporté dans le tombeau qu'il doit partager avec Cléopâtre. Cette dernière est conduite devant Octave, qui la laisse ensuite se retirer avec ses servantes. La reine se suicide en se faisant mordre par un aspic.

Le Sénat interdit aux Antonii de porter le prénom Marcus, le nom de Marc Antoine étant vouée à la [i]damnatio memoriae[/i]. Il doit tomber dans l'oubli.

*[i]ovatio[/i] = Une cérémonie d'honneurs qui était rendue à un général victorieux.
[i]Pontifex Maximus[/i] = Plus haut titre religieux chez les romains.[/justify][/font]

_________________
This is the End of the World as we know it~♪


Dernière édition par Kieru Yosomi le Lun 2 Jan - 21:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://kuro-test.creer-forums.com
Kurozaya
♥♦ Candy's Leader ♣♠
♥♦ Candy's Leader ♣♠
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: OCATVE VS MARC ANTOINE   Mar 13 Déc - 20:44

Marc Antoine (M•ANTONIVS•M•F•M•N – Marcus Antonius Marci Filius Marci Nepos)

Marc Antoine est né le 14 janvier 83 av. J.-C. et décède en le 1er Août 30 av. J.-C., est un homme politique, ainsi qu’un général romain. Fils de Marcus Antonius Creticus et petit-fils du consul Marcus Antonius Orator. Il prétendait aussi descendre du mythique héros Hercule.

Dans sa jeunesse, il étudie la philosophie, et la rhétorique (litté. L’Art de bien parler.).

Il reçoit sa première distinction militaire lorsque le gouverneur de Syrie Aulus Gabinius, mais ne commencera véritablement sa carrière politique qu’en -53 lorsque César le prit comme questeur en Gaule. Rapidement, les deux hommes se lient d’amitié et Marc Antoine devient le second de César, participant de ce fait au Siège d’Alésia en -52 av. J.C.

César le fait élire tribun de la plèbe pour l’an -49. Lorsque le Sénat ordonne à César de licencier ses légions, il essaye de les convaincre d’adoucir leur ordre avec Caius Cassius Loginus. Se heurtant à des refus, Marc Antoine propose une ultime proposition : César ne gardera que deux de ses légions et abandonnera le gouvernement de la Gaule cisalpine ainsi que de l’Illyrie si l’on accepte la candidature de ce dernier au poste de consul. Caton refuse qu’un simple citoyen impose ses conditions à l’État, et le consul Lentulus fait expulser du Sénat Curion et Marc Antoine. Plusieurs historiens débattront pour trouver qui est la cause de ce renvoi. Plutarque déclare alors « C’est donner à César le plus spécieux de tous les prétextes ! ». Le Sénat décrète alors que César doit abandonner son poste de gouverneur et revenir à Rome en tant que simple citoyen. Marc Antoine, revenu auprès de ce dernier, lui conseille de marcher droit vers Rome après le passage du Rubicon.

Lors de la bataille de Pharsale, il commande l’aile droite de l’armée, dont la XIIIe légion qui est la préférée de César, étant celle avec laquelle il a l’habitude de combattre.

César, devenu dictateur en -47, le désigne comme maître de cavalerie, puis le fait élire consul en -44. Le 15 février, lors de la fête des Lupercales, Marc Antoine essaie de mettre le diadème royal sur la tête de César, qui refuse en voyant l’effet que cela produit sur la foule. Néanmoins il ne se décourage pas et réessaye, pour essuyer un second refus, sous les acclamations encore plus enthousiastes. César fait alors porter le diadème au Temple de Jupiter Capitolin.

Lorsque César se rend au Sénat le 15 Mars, il est accompagné de Marc Antoine. Sur la demande de Brutus, ce dernier ne doit pas être tué, et en conséquence deux faux solliciteurs l’attirent à l’écart. Pendant ce temps, César se fait encercler par le groupe de conjurés et reçoit vingt-trois coups de poignard, dont le dernier venant de Brutus. Ce jour est désormais appelé Ides de Mars, et le Sénat décrète l’interdiction de se réunir ce jour-là.

Le 20 Mars, lors des funérailles sur le champ de Mars, une statue de cire est montrée sur un piédestal pour que tous puissent voir les blessures qui ont été infligées, tandis que la toge qu’il portait à ce moment-là est posée sur le bord de sa litière funéraire. Afin de souligner l’horreur de ce crime, Marc Antoine fait lire la liste de tous ses exploits et le serment qu’on prêté les sénateurs de défendre sa vie. On chante alors des vers dans lesquels la citation empruntée au Jugement des Armes de Pacuvius : « Fallait-il les sauver pour qu’ils devinssent mes meurtriers ? ».

Touchée par la mise en scène de Marc Antoine, la foule entasse près du corps tous les objets inflammables qu’elle peut trouver. Les vétérans de ses légions y jettent leurs armes et certaines femmes leurs bijoux. Les Juifs, reconnaissant envers lui pour avoir relevé les murs autour de Jérusalem se réunissent plusieurs nuits pour le pleurer. Marc Antoine ameute le peuple contre les assassins, qui choisissent de s’enfuir de la ville devant l’agitation populaire. L’ancien Second jouit alors d’une très grande popularité. Mais lorsque le Sénat rappellent la mort de César, Marc Antoine s’emporte et va assiéger Brutus à Mutina (ou Modènes) en -43. Le Sénat, sous l’influence de Cicéron, le fait alors déclarer ennemi de l’État, qui envoient Octave le défaire.

C’est alors qu’il se laisse séduire par Cléopâtre VII, reine d’Egypte qu’il avait invitée en -41 à Tarse, pour lui demander de l’argent et du blé pour ses troupes. Il oublie sa politique à Rome et Octave pour bâtir avec elle un royaume en Orient comprenant la Phénicie, la Judée, la Cilicie, Chypre et l’Arménie, qu’il aura vaincu au préalable, recevant plus tard les honneurs du triomphe à Alexandrie. Il se marie avec la Reine et a trois enfants : Alexandre-Hélios, Cléopâtre-Séléné et Ptolémée Philadelphe entre lesquels il partagera son Royaume. Alexandre devient Roi d’Arménie, Cléopâtre-Séléné Reine de Cyrénaïque et Ptolémée Philadelphe est nommé à la tête de l’Asie Mineure. Marc Antoine revient quelques fois à Rome mais préfère vivre à Alexandrie, lieu de sa résidence principale, où il mène une vie de fêtes et de banquets. Mais plus tard, sa rivalité avec Octave qui s’est formée le rattrape et il doit abandonner son existence paisible pour la guerre.


Octave (Caius Octavius Thurinus à sa naissance, Imperator Caesar Divi Filius Augustus à sa mort)

Il est né à Rome le 23 Septembre -63 à Rome et est mort le 19 Août 14 à Nola, et est le premier empereur romain ainsi que le fils adoptif de César.

Il a au départ le nom de Caius Octavius, ainsi que pour surnom Thurinus, soit parce que la ville de ses ancêtre est Thurii, soit en l’honneur d’une victoire de son père près de cette ville peu après sa naissance. Sa famille du côté paternel, bien que peu connue, est très importante dans l’ordre équestre. Son père est Gaius Octaviuset sa mère Altia Balba Caesonia est la nière de César.

Après l’assassinat de son Grand-Oncle, alors qu’il est encore en Apollinie, il décide de rentrer à Rome pour avoir son héritage. Effectivement, César n’ayant aucun successeur légitime, l’a adopté dans son testament. Dès que le Sénat le confirme, il demande à s’appeler Caius Iulius Caesar Octavinus. Alors qu’il n’a que 19 ans, il montre très vite une grande ambition politique. La comète passe lors du Ludi Victoriae Caesarisainsi que des jeux funéraires en l’honneur de César, l’encourage à poursuivre ses efforts et il déclare que c’est son père rejoignant les autres Dieux, étant devenu soi-disant divin.

Cicéron lui apporte son soutien contre Marc Antoine en -44, trempant dans l’illégalité pour le faire élire propréteur. Octave n’a en effet ni été questeur, ni préteur, et est de plus bien en dessous de l’âge minimal requis. Ayant levé une armée, il bat Marc Antoine à Modènes, puis se fait nommer imperator par ses troupes. Malgré l’avis de Cicéron, qui est prêt à assumer le consulat avex Octave, le Sénat le lui refuse : il est trop jeune, ainsi que l’ovatio*.

Octave choisit alors de s’allier avec Marc Antoine et Lépide pour créer le troisième triumvirat. Ils s’emparent alors de Rome et font tuer tous leurs ennemis, dont Cicéron qui sera alors exécuté par les sbires de Marc Antoine. Plusieurs chevaliers et sénateurs y trouvent la mort, notamment ceux ayant pris de près ou de loin part à l’opposition à César ou à son meurtre. Les Triumvir sont alors chargés par un Sénat apeuré de réorganiser la République, leur donnant le titre de triumvir rei publicae constituendae pour cinq ans. Ils se partagent alors les province de l’occident romain car les provinces orientales sont encore aux mains des « césaricides ».

En octobre -42, à la bataille de Philippes en Grèce, Octave et Marc antoine écrasent Brutus et Cassius, deux des conjurés. Cassius, vaincu par Marc Antoine, se suicide et Brutus vaincu trois semaines après, le 23 octobre -42, s’ôte également la vie. L’année d’après, Lucius Antonius Pietas et Fulvie, respectivement frère et femme de Marc Antoine, s’opposent à Octave qui veut attaquer Pérouse. En février -40, la guerre de Pérouse se termine et les Triumvir, réconciliés grâce à Asinius Pollion et Mécène, se partagent de nouveau le monde romain : Marc Antoine obtient l’Orient, Octave l’Occident et Lépide l’Afrique.

En -39, Sextuss Pompée voit reconnaîtrre son autorité sur la Sicile, la Sardaigne et la Corse. Les relations entre Octave et Sextus Pompée se dégradent progressivement, notamment lorsqu’en -38, Octave rejette sa femme Scribona, qui est la belle-sœur de Sextus Pompée. Octave décide donc de le contrer en entamant une campagne contre lui en Sicile. Il confie le commandement de sa flotte à Marcus Vispanus Agrippa, qui bat finalement Sextus Pompée à *Nauloque en -36. Lépide, qui est alors en Afrique, est accusé d’avoir été dans le camp de Sextus Pompée et de n’avoir, volontairement, pas été intervenu à Nauloque. Il est écarté du triumvirat et ne conserve que son titre de Pontifex Maximus*.

L’année qui suit, en -35, les relations entre Marc Antoine et Octave se détériorent rapidement. Octave est soutenu par le Sénat qui voit de plus en plus Marc Antoine comme un étranger soumis à la reine d’Egypte se comportant comme un souverain oriental.

En -32, le triumvirat prend fin comme il en avait été convenu en -37. Octave prend alors possession du Sénat en y entrant accompagné de soldats. Un partie du Sénat se réfugia donc aux côtés de Marc Antoine.  Le Sénat, en donnant un senatus-consulte, décide de donner carte blanche à Octave pour lancer une campagne contre l'Égypte. En -31, il se targue d'un serment que les citoyens italiens et le pérégrins lui auraient prêté, et se lance à la conquête de l'Égypte. Après avoir vaincu Marc Antoine lors de la bataille navale d'Actium, il devient seul détenteur du pouvoir. Il prend alors position autour d’Alexandrie la même année.

En -28, le Sénat lui donne le titre de Princeps Senatus « Le premier du Sénat », ce qui veut dire qu'il est le premier à prendre la parole devant l'assemblée. L'année suivante, le 13 janvier, il obtient le pouvoir proconsulaire pour dix ans, après un long discours au Sénat. Trois jours plus tard on lui confère, sur l'initiative du sénateur Lucius Munatius Plancus le titre d'Augustus, qui signifie « sacré ». Octavien devient alors le premier Empereur Romain.

Ce titre acquis, il prend le contrôle absolu sur l'armée, dont il assure le financement, et est protégé en permanence par la garde prétorienne, armée constituée des meilleurs soldats, stationnée dans l'Urbs. A part la politique extérieure et l'armée, le Sénat conserve d'important privilèges concernant l'administration civile, les les finances, la justice et la monnaie. Auguste tient à être le seul élément civil qui compte en face de l'armée. Il contrôle l'élection des magistrats par le biais de recommandations officielles, la destinatio permet également qu'un organisme spécial de chevaliers et de sénateurs participe à la sélection des candidats.

Auguste règne jusqu'à sa mort, en -14, à l'âge de 76 ans.

La Rivalité entre eux

Tout commence, lorsque Marc Antoine rejoint Lépide, alors gouverneur de la Narbonnaise, qui lui présente Octave. Cette rencontre aboutit au second triumvirat, dont les premières actions sont les proscriptions de -43. MA exige la mort de Cicéron qui l'a violemment attaqué dans ses Philippiques. L'année suivante, MA et Octave défont Brutus et Cassius en Macédoine. Par la suite, l'empire romain est partagé en trois. MA obtient l'orient.

Octave se sert de la relation qu'entretient MA avec Cléopâtre pour le décrédibiliser et en faire l'ennemi de Rome. Il n'hésite pas à affirmer qu'elle souhaite s'emparer du pouvoir, craignant que Ptolémée XV/Césarion ait les velléités de réclamer son héritage paternel. La Reine d'Egypte est rendue responsable de la guerre d'Actum. Néanmoins, MA mène la guerre sans énergie, quand bien même il ait la supériorité numérique et des combattants aguerris. De plus, il laisse le temps à Octave de s'organiser, ce dernier peinant à constituer une armée. Cependant, l'implication de Cléopâtre est mal perçues par certains officiers qui entourent MA. Ainsi, plusieurs hommes prestigieux s’éloignent de lui à cause de leur dégoût pour la monarchie. Plus lucide que les autres, la reine comprend qu'Octave ne la dénonce que pour que MA baisse dans l'estime du Sénat, qui est encore grandement influencé par lui.

Octave n'est pas un très grand chef de guerre, mais il a avec lui Agrippa, un officier compétent qui lui permet rapidement de prendre l'avantage. Lors de la bataille navale d'Actium, Cléopâtre anticipe l'issue finale et s'enfuie pour sauver ce qui peut l'être. Octave utilise alors bien évidemment cette fuite pour faire changer de camp une grande partie des hommes de MA.

Vers la fin, MA retourne en Egypte et ne prend pratiquement aucune mesure pour lutter contre l'avancée d'Octave. Il épuise ses dernières forces en banquets et fêtes somptueuses sans se préoccuper de la situation pourtant critique. Octave arrive à Alexandre vers Août en -30, et MA, recevant la lettre annonçant la fausse mort de Cléopâtre, se suicide en se jetant sur son épée. Mourant, il est transporté dans le tombeau qu'il doit partager avec Cléopâtre. Cette dernière est conduite devant Octave, qui la laisse ensuite se retirer avec ses servantes. La reine se suicide en se faisant mordre par un aspic.

Le Sénat interdit aux Antonii de porter le prénom Marcus, le nom de Marc Antoine étant vouée à la damnatio memoriae. Il doit tomber dans l'oubli.

*ovatio = Une cérémonie d'honneurs qui était rendue à un général victorieux.
Pontifex Maximus = Plus haut titre religieux chez les romains.

_________________
This is the End of the World as we know it~♪
Revenir en haut Aller en bas
http://kuro-test.creer-forums.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OCATVE VS MARC ANTOINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
OCATVE VS MARC ANTOINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MICHÈLE BENNET ATAKE MC ANTOINE ACRA, TALÈ SE PRAL GNBIS AK LAVALAS YO WOUUUYYY
» Ballotage
» [0200] Marc Antoine A. De l'Épée [PHYLLALI]
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le placard de Kuro :: Le seul truc que les visiteurs peuvent voir :: Des trucs à montrer aux visiteurs-
Sauter vers: